Lijiang, littéralement « beau fleuve », est une ville où l'on ne compte pas les petits cours d'eau. Peuplée majoritairement par la minorité Naxi, elle est devenue une attraction tourisitique après qu'elle a été inscrite en 1997 sur la liste du patrimoine mondial en tant que « ville ancienne exceptionnelle sise dans un paysage spectaculaire ».
Et c'est vrai que la vieille ville composée d'habitats traditionnels, en bois et pierre, parcourue de petits cours d'eau que quelques ponts de pierre enjambent ici et là, est exceptionnellle. Et les Gorges du saut du tigre que je prévois de visiter alentours sont parait-il spectaculaires.

Désolé pour ceux qui espéraient, ce ne sera pas du genre Tintin au Tibet :-)

Encore une fois, comme chaque année à la période estivale, telle une routine, le gouvenement de la "République du Peuple de Chine" a fermé l'accès, aux étrangers, de ce qu'il appelle la "Région Autonome du Tibet". En effet, pendant cette période de l'année, les Tibétains organisent plusieurs manifestations religieuses et culturelles qui sont souvent prétextes à des débordements. "La Chine" veut éviter que les étrangers en soient les témoins.
En septembre, lorsqu'elle a réouvert l'accès, elle a encore durcit les règles. Désormais, il faut non  seulement obtenir un permis (très cher), former un groupe de 5 et être accompagné d'un guide, mais il faut que les 5 possèdent le même passeport. Si je souhaite traverser cette région, il faut donc que je trouve 4 autres Français...

Vous l'aurez compris, je n'irai pas dans la Région Autonome du Tibet, je n'irai pas à Lhasa, même pour aller en Inde comme cela était prévu. Ce qui va m'obliger à trouver une autre route. On verra ça en temps voulu. En revanche, qui a dit que YoGo n'irait pas au Tibet. Le Tibet, culturellement et historiquement est bien plus grand que cette région administrative. Déjà à Xiahe, j'étais au Tibet.
Et Chengdu est à la frontière, au pied des montagnes préhimalayennes.

Pour me rendre au Yunnan, j'ai deux possibilités, contourner les montagnes ou traverser plusieurs cols tibétains à plus de 4000m d'altitude. Mi octobre, le froid n'est pas encore là à Chengdu, je passerai donc par le Tibet!

DSCN5217A 23h, devant une école, au nord de Chengdu, je passe un coup de fil à mon amie Laura. C'est bon, il arrive! Qui?
M Zhu vient me chercher pour m'emmener dans son appartement. M Zhu est professeur de chinois. Il ne parle pas l'anglais mais il s'est porté volontaire pour m'héberger pendant toute la durée de mon séjour à Chengdu. C'est la mère de Laura, qui travaille ici, qui a parlé de moi à ses collègues. Il partage un appartement avec deux autres collègues. La cuisine est commune et une salle de bain aussi, mais lui à la sienne et il a deux pièces alors que les autres n'en ont qu'une. La différence? je crois que lui vit ici, alors que les autres sont dans la même situation que Dorothy à Xi'an. Pour eux, il ne s'agit que d'un pied à terre près de leur travail.
M Zhu m'installe dans sa deuxième pièce, séparée par un rideau, meublée d'un unique canapé convertible, qui du coup restera en position lit toute la semaine :-)

DSCN5133La communication est un problème puisque, s'il comprend un tout petit peu l'anglais, il ne le parle pas du tout.
Le lendemain matin, pendant qu'il va à son premier cours, j'assiste à la rentrée des élèves, en rang, en musique, puis à la cérémonie de levé du drapeau qui me réveillera par la suite tous les matins. Ma chambre donne directement sur la cours de l'école primaire. Ensuite, il vient me chercher pour aller prendre le petit déjeuner et me présenter à Elodie, une professeur de français en collège. C'est dans ses classes et dès aujourd'hui que j'interviens.
Dans la première classe ils sont plutôt jeunes et leur niveau n'est pas du tout uniforme. Certains comprennent tout et pour d'autres, il faut tout traduire. Le cours dure 40'. Sauf que je découvre que j'ai droit à un deuxième cours pour parler avec eux. J'aurais pu aller plus lentement! Du coup, ça nous laisse du temps pour les questions/réponses. Si je suis très impressionné par leur compréhension, ils sont timides pour s'exprimer en français. Ils préfèrent de loin me poser les questions en anglais.

DSCN4872Encore une folle journée de route! Levé de bon matin, je commence le stop à 10h avec un camionneur qui me descend jusqu'à l'axe routier principal. Ensuite un Han m'emmène jusqu'à Linxia, ville d'où démarre l'autoroute. Je décide de ne pas reprendre l'autoroute qui va directement à Xi'an puisque je sais désormais qu'il est en construction sur une bonne partie et donc peu praticable. Un détour par Lanzhou ne rallonge pas tant que ça en terme de kilométrage en plus.
A l'entrée de l'autouroute, après avoir séduit les policiers, ces derniers me trouvent un conducteur qui va directement à Lanzhou. Ce monsieur ne parle pas l'anglais mais il comprend que Lanzhou n'est pas ma destination. Malheureusement, de part la réalité du terrain cette autoroute ne peut être lié à celui de Xi'an, il faut traverser la ville. Et merde!
Heureusement, mon conducteur ne m'abandonne pas. Comme il ne comprend pas exactement ce que je veux, il m'emmène avec lui à la mosquée. Et oui, il est musulman, Lanzhou n'est pas si loin du Xinjiang. Là, son fils qui parle parfaitement l'anglais me dit qu'ils veulent m'aider et m'emmèneront à l'entrée de l'autoroute mais après la prière du midi. Ils sont adorables!

DSCN4717Après avoir récupéré mon sésame, je sors de la ville grâce au terminus d'une ligne de métro et une faille dans les barrières qui longent le bon autoroute.
Je commence ainsi ma grande traversée de la Chine un peu tard, à 14h. Tout de suite, je trouve un camion, arrété le long de la bande d'arrêt (en Chine, elle n'est pas que pour les urgences je peux l'assurer :-), qui m'emmène à Suzhou. C'est proche mais il faut un début à tout!

Trois jours!

Trois jours, c'est le temps dont je dispose pour arriver à Shanghai. Facile me direz vous, même pas 500 km par jour.

Oui mais, j'ai envie de m'offrir une petite escapade dans la nature, j'ai envie de grimper le Mont Tai. Il m'a été vivement conseillé pour son environnement exceptionnel. C'est aussi une montagne pleine d'histoire puisque tous les empereurs de Chine l'ont gravi. La plus vénérée des cinq montagnes sacrées de la Chine (du nord :-), offre parait il un lever de soleil magnifique. Selon une légende Confucianiste (le mont Tai est au coeur du pays de Confucius), si on grimpe jusqu'au sommet du Tai Shan, on s'assure de vivre jusqu'à 100 ans.

DSCN4413Trois jours moins un demi puisque j'ai passé la dernière matiné à Pékin pour finir le deuxième article sur la Mongolie. Ce n'est donc qu'à 15h que je commence le stop sur l'autoroute du sud est à la sortie de Beijing. Tout de suite je suis pris en stop par deux amis hans qui m'emmènent pour quelques kms. Ils ne me laissent pas comme ça, ils s'assurent que j'ai un deuxième véhicule. Ce fut un camion... lent. Puis, lui aussi n'allant pas bien loin, je le troc contre une nouvelle voiture. Pas de chance aujourd'hui, elle me déposera à seulement 140 km de Pékin à 19h, quand la nuit tombe. N'arrivant pas à me résoudre à une si petite distance, j'insiste, mais rien à faire, le stop de nuit sur l'autoroute, c'est trop dangereux et puis ça ne marche pas. Bracelet réfléchissant, signal lumineux avec ma lampe... rien.
Je me résigne donc à sortir de l'autoroute pour aller dormir et je me fais la promesse de ne plus remettre ce couvert là.
DSCN4417Un trou dans le grillage, des fermes au loin, j'avance confiant, prêt à montrer mon doc magique. Sauf que je suis en Chine... et le doc magique, ils ne veulent même pas le lire. Ils me renvoient d'où je viens sans se soucier de ma nuit... Ce sera donc une nuit à la belle, forcée. Le ciel est gris comme tous les jours depuis que je suis arrivé à Beijing (sauf pendant le trek de la grande muraille) mais comme tous les jours, heureusement, il ne pleut pas.
Réveil très tôt, je suis de nouveau en poste pour tendre le pouce, là où je clignotais la veille au soir, à 7h du mat. Ce matin, j'ai beaucoup plus de chance, en 2 voitures, je rattrape mon retard (400km). Me voila devant la gare de Tai'an, à midi, après avoir déposé mon gros sac en consigne, prêt pour l'ascension du mont Tai.

Au petit matin, je suis réveillé par l'agitation qui règne dans le wagon, une sorte de branle bas de combat pour se préparer... une heure et demie avant l'arrivée (il est 6h00).

DSCN3968En descendant du train, je suis la foule qui se dirige vers les bus. Puis je suis les bus pour trouver la direction de la frontière. Un petit km à pied et j'arrive devant le premier no man's land. J'essaye de passer mais bien sûr, on me demande de rester là. Armé de mon bâton et de mon document magique, j'intrigue tous les douaniers qui me laissent faire l'autostop juste devant la barrière. Une jeune femme m'emmène jusqu'au bureau de sortie du territoire mongole, elle y travaille. Un nouveau tampon avant de devoir traverser le deuxième no man's land. Là, le douanier n'est pas très sympa et ne veut rien entendre. Sauf qu'il ne me connait pas, et moi, j'ai décidé que je franchirai la frontière, si ce n'est à pied (je ne veux pas me faire tirer dans le dos), tout du moins en stop. Je reste et fait mine de ne rien comprendre, "je suis Français, moi pas comprendre anglais" (son anglais est passablement incompréhensible de toute façon). Sa collègue en revanche est gentille et sans rien dire à personne, m'aide. Elle m'a trouvé un bus qui accepte de me faire traverser. Je ne suis pas le seul à être "en plus"... On est tassé, entassé, compressé, de telle manière que je ne peux même pas m'accroupir lorsque le chauffeur le demande. Tel des clandestins, on ne doit pas se faire voir des douaniers.

DSCN3991Un tampon pour signaler ma deuxième entrée en Chine et je sors de la douane. Je tombe alors sur un policier, Jim, qui parle un très bon anglais et adore rencontrer des étrangers. Il m'explique où je peux échanger mes derniers Tugrik contre des Yuans et me propose de m'avancer de 3km. C'est donc dans une voiture de police que je fais mon entrée en Chine, il sera mon premier conducteur.
Une fois l'échange fait, je sors de la ville non sans avoir fait le plein d'eau. 800 km me sépare de Pékin. Nous sommes samedi midi et je prévois d'y arriver lundi soir ou mardi dans la journée. La route est vide, il n'y a personne, mais elle n'en est pas moins une 2 fois 2 voies.
Malgré tout, je n'attends pas bien longtemps avant d'être pris par deux jeunes chinoises, d'origine mongole, qui se rende à Beijing!
Beijing, Pékin... ma destination pour dans deux jours, me voila dès ce soir!

 

DSCN3743Cela ne fait même pas 48h que je suis arrivé à OB, mais je suis déjà content de sortir de cette horrible cité, tant polluée. D'autant que c'est pour devenir volontaire dans un ranch pendant une dizaine de jour. Contre quelques coups de mains, et quelques cours de langues, je serai hébergé, nourri, je passerai du temps au grand air et pourrai monter à cheval. J'ai rendez-vous à 10h devant le BHV de Mongolie. J'y rencontre des touristes qui vont à stepperiders pour quelques temps. Beaucoup sont arrivés à OB en voiture avec le rally "caritatif" qui a lieu chaque année entre Londres et OB. Il y a deux Anglais, trois Argentins qui viennent passer une demi-journée et un Australien, Jack, qui souhaite rester quelques jours.

Hier soir, je mangeais des petits gateaux avec des amis. Le clair de lune était superbe, ellle était pleine, bien ronde!

Et je pensais à cet étrange itinéraire que je suis amené à suivre en Chine. Qui en trouvera la raison?

De façon tout à fait logique, à la frontière mongole, je me suis dirigé vers Beijing. Puis, encore dans la logique du SUD, je suis allé à Shangghai, non sans profiter d'un arrêt au mont Tai Shan.

C'est ensuite que les choses deviennent étranges. Je vais d'abord aller à Xiahe (voir un ami d'amis), avant d'aller à Xi'an puis Chengdu.

DSCN3513Il y a du bruit toute la nuit dans cet hôtel de passage mais rien qui empèche vraiment un voyageur fatigué de dormir. Et c'est bien là un problème.
Quand je me lève à 7h, le lac est toujours là, superbe, éclairé par le soleil levant. Que nenni! il y a bien le lac mais le soleil n'est pas là et ce n'est pas le seul absent. Les camions ne sont plus là non plus. Que s'est il passé? Les chauffeurs trop imbibés de vodka m'auraient ils oublié? Ou bien sciement laissé ici pour une raison ou une autre?

Peu importe, ce qui est sûr, c'est que je suis seul, au milieu de quelque part, sous un ciel d'orage bien menaçant (la photo est de la veille au soir, je n'en ai pas sous l'orage) et que je n'ai que deux options, rester à l'hôtel à attendre ou m'en aller.
Attendre quoi? que ce soir viennent dormir d'autres gens??? Non. Et puis je ne pourrai même pas profiter du lac. Je pars donc d'un pas pressé sous les nuages. Il faut éviter autant que possible que les voitures qui me doubleront croient que j'ai les moyens de dormir à l'hôtel. J'en ai bien les moyens, la preuve je l'ai fait, mais ce ne sont pas des moyens pécuniers, et ça, je ne sais pas comment l'expliquer en mongol.