Pourquoi je n'ai pas de compte facebook?
Pourquoi je n'ai pas de smartphone?
Pourquoi je n'ai pas de tablette?
Pourquoi je m'embète à gérer mon propre site internet et pas un blog sur un service tout préparé?
Pourquoi j'embète mon père à ne pas utiliser dropbox?
Pourquoi, alors que j'étais un admirateur du géni de S Jobs, un fan de la simplicité de mac OS, je voue désormais une haine féroce à tous les iBidules de la pomme?
Et pourquoi je n'ai jamais fenestré mes datas chez Microsoft?
Pourquoi je gonfle tout le monde avec le logiciel libre et la neutralité du net? Famille, amis, collègues (espagnols et sparnaciens), et mes colaborateurs (TWAM)?

Parce que, pour la même raison que je défends l'idée du revenu de base, du dividende universel et celle de la non profesionalisation de la politique,

J'aime la LIBERTE!

Et pour vous donner des réponses précises à ces différentes questions, je vous propose de lire cet article (de Framablog), un peu long certes mais simple, brillant et clair!

J'espère que vous comprendrez les raisons de cet aparté.

Je ne parle rarement d'autres choses que de mon voyage ici sauf lorsque je considère qu'une information méconnue nécessite d'être plus largement relayé où comme cette fois ci pour soutenir une initiative intéressante.

Cet article est largement inspiré de celui de Galuel, auteur du site http://www.creationmonetaire.info

Le site Français www.revenudebase.info vient tout juste d'annoncer le lancement officiel de la campagne des 1 million de signatures nécessaires pour valider l'Initiative Citoyenne pour un Revenu de Base au niveau Européen, dont au moins 55 500 signatures pour la France.

Un objectif qui une fois atteint impliquera que les Etats membres de l'UE seront incités par les instances Européennes à étudier l'application de cette solution tant monétaire, que sociale et économique.

Etats membres de l'Union Européenne (wikimedia 2013)


Le clip officiel de cette campagne : http://www.youtube.com/embed/pZOUv5QQMz0


Le lien direct vers la page officielle pour signer avant le 14 Janvier 2014.

Je viens de lai signer et je la soutiens directement en publiant ce post.

Article recopié depuis le framablog pour relayer cette pertinente conférence.

Le 27 avril dernier François Elie[1] donnait une conférence remarquable et remarquée lors de la troisième édition de Fêtons Linux à Genève.

Nous l’avons jugée suffisamment importante pour en faire un article dédié (vidéo + transcript) et vous inviter à trouver vous aussi la demi-heure au calme pour l’écouter.

Les députés ont récemment abandonné la priorité du libre dans l’éducation. En écoutant François Elie, vous comprendrez pourquoi cette triste décision est tout sauf anodine.

Quelques extraits pour se motiver ;)

« Je vais vous décevoir tout de suite parce que vous vous attendez à ce que je dise qu’il est très très important d’utiliser le logiciel libre dans les écoles. Bon ça y est je l’ai dit. On peut passer à autre chose. »

« Si l’école doit être quelque chose, elle doit essayer de n’être ni l’école de l’initiation, ni l’école de l’apprentissage. Elle doit être au contraire l’école où on apprend à maîtriser les choses pour ne pas dominer les Hommes. »

« Il faut cesser d’opposer l’enseignement de la programmation d’une part et l’enseignement des usages, c’est important mais ça c’est l’école des maîtres et des esclaves. Ce qu’il faut enseigner, vite et à tous, c’est la science, pas la technologie ou l’usage. C’est en amont de la programmation, l’algorithmique. C’est en amont, de telle instanciation, du codage, du chiffrement, la théorie, quelque chose qui comme les maths n’ont besoin que d’une craie et d’un tableau noir. »

« Puisqu’on n’enseigne pas la physique dans une voiture, pourquoi devrait-on nécessairement apprendre l’informatique sur un ordinateur ? »

Ce soir je suis triste,

Ce soir, je pleure la mort d'un grand homme, un maître, un tuteur, un guide, un exemple, une lumière.
Il n'aurait sans doute pas été d'accord avec tous ces adjectifs, il n'aurait accueilli que" l'Humaniste".
Chaque parole, chaque mot que j'ai pu lire ou entendre de lui m'ont profondément touché, nourri et toujours m'emplissaient de joie. Ses mots sont un socle à mes pensées, et j'aime à m'y référer.

Il n'est pas à l'origine de mon voyage, je l'ai connu, j'étais déjà adolescent, mais il a contribué à sa manière à mon départ, en me remplissant de confiance en l'Homme et l'avenir.

Merci Albert Jacquard,

Au revoir,

 

 

Pilly gourmantJe ne voulais pas ouvrir ces emails... Maintenant je pleure.
C'est idiot. Je ne l'ai pas vu depuis plus de deux ans déjà, mais pourtant, il était quand même là quelque part, avec moi, à marcher à mes côté le long de mon Camino autour du monde. Et maintenant il n'est plus là...

C'est d'autant plus bête que ça le rendrait triste de me voir triste, lui le chien clown, lui qui aimait tant nous faire rire.
Il préférerait me voir danser sur Volare de Gispy King que mon ami Behnam écoute dans la pièce d'à côté. Il sauterait alors autour de moi, de nous en aboyant gentiment pour se joindre à notre délire.

Au revoir Pilly,

Quelques photos par ici.