RSCN8591Le dimanche 5 Avril, après un petit déjeuner offert à 7h, nous arrivons dans le port de Sharjah (Emirats Arabes Unis) vers 8h30 et débarquons à 9h. Le passage à la douane est une vraie blague. C'est la meilleure introduction à l'inefficacité et l'incompétence du peuple arabe d'aujourd'hui. Les douaniers arrivent plus d'une demie heure après nous. Ils sont 5. L'un d'eux passe derrière le comptoir se prépare, longtemps, avant d'allumer son ordinateur. Trois autres papotent entre eux et le dernier attribue un ordre de passage aléatoire et changeant. Les Iraniens se plient au jeu. Pour nous, les deux gars de Hong-Kong et moi, c'est différent. On nous a pris nos passeports et nous attendons. J'ai cru à un traitement de faveur, ce qui n'est pas souhaitable (mais quand même bien pratique parfois, avouons-le), mais non, la discrimination n'est pas positive cette fois. Ils ont préféré s'occuper de la routine d'abord avant de se pencher sur les cas particuliers. D'autant plus qu'il leur fallait tirer au clair cette histoire étrange des deux Chinois qui ne sont pas chinois. Ca les a beaucoup perturbés. "C'est où Hong-Kong?" J'ai cru m'étouffer de rire. Heureusement pour mes amis, le prestige de mon passeport français les a un peu aidés quand j'ai énoncé d'un ton péremptoire et sans équivoque que bien sûr, les citoyens de Hong-Kong ne sont pas chinois et qu'ils bénéficient, tout comme moi, d'un droit d'entrée sur le territoire émirati sans visa. Trois coups de tampon et nous quittons le poste frontière à 11h30...

DSCN8802Nous sommes le dimanche 23 août 2015 et après trois mois d’interruption, je reviens sur mon blog pour conclure mon voyage asiatique de trois ans et demi. La rédaction et la publication sont encore en décalé mais ça n’a plus tellement d’importance.

Je suis de retour en Iran. Je m’installe à Mashhad, chez mon ami Babak pour étudier le persan, travailler avec lui sur plusieurs projets qui nous tiennent à cœur, me ressourcer, me renouveler et réfléchir à la suite. Le rêve et les océans sont mes préoccupations du futur. L’Afrique est toujours dans ma ligne de mire. Le vélo est une composante essentielle de toutes mes réflexions, de plus en plus souvent accompagné d'un voilier, mais chut, l'avenir doit encore nous réserver des surprises.
Mon blog va se reposer pendant quelque temps et se verra sans doute accompagné d'autres moyens de partage plus tard.

Je vous ai laissés alors que j'arrivais tout juste en Arabie, que mes parents étaient partis voir mon frère en Australie, que je passais 15 jours seul à courir tous les matins et ėcrire tous les jours, toute la journée.

Je ne vais pas m’attarder sur l’Arabie car j'espère bien que Mamisa vous racontera ses histoires un de ces jours, avec son humour que nous apprécions tous. Je me contente d’un cour résumé de ma vie là-bas, sans analyse critique du pays (comme j'en ai l’habitude).