L'Atlanta, le voilier Dufour 375 convoyé depuis le port de Hyères jusqu'à celui de Marmaris par le skipper Yoann est parti le mercredi 4 avril à 17h30. Et j'étais à son bord, enfin!

DSCN0290

Yoann met ses lunettes, comme il le fera à chaque sortie et entrée de port, pour se donner un petit air sérieux. Il réalise la manoeuvre et me donne juste après la barre, cap 190!DSCN0309 Déjà! me teste-t'il? Ok! Je prends et j'assure pendant tout mon premier quart à la barre (pendant cette traversée, un quart ce sera deux heures). Une grosse demi heure après, un tout petit oiseau, genre pas marin pour un sous, crevé, vient se reposer sur mon épaule! Il restera là une dizaine de minutes avant de retourner vers la terre ferme. Un signe d'au revoir.
Ne pouvant pas bouger, je n'ai pu prendre de photo. En revanche, nous avons eu un autre passager clandestin qui lui a passé la nuit entière en cabine.

Cap toute la nuit vers la corse dont j'apercevrai les côtes le lendemain vers midi.

DSCN0313Au matin, je suis reveillé par Yoann qui m'invite à aller à l'étrave (avant du bateau) rencontrer celui qui deviendra notre fidèle compagnon, un dauphin solitaire. Il joue. Il vire gauche, droite, babord, tribord et haut, bas, il semble vraiment s'amuser à faire la course avec le bateau. Il évolue en 3D dans l'eau et répond à nos sifflements et à la musique du bateau (oui, on peut dire que notre bateau est musical, on ne la coupe qu'à terre, et encore...).
Il reviendra comme ça tous les jours, entre 9h30 et 10h. Un pur hasard veut que j'ai toujours été debout et sur le pont à ce moment là. J'espère le revoir dans la dernière partie, peut être aurons nous droit à une cabriole en l'air, j'espère. Le lendemain, et ce sera le seul jour, il arrive avec son troupeau. Ils chassent mais lui viendra quand même nous faire un petit coucou.

Dans la nuit de jeudi à vendredi 6, on passe entre les deux iles, Corse et Sardaigne, c'est là que j'enverrai mon sms (voir précédent article). Le passage est "délicat", pour moi, car de nuit, dans un chenal étroit (on se croirait sur un lac entouré de montagnes), il faut faire attention à toutes les lumières des phares et des autres bateaux. On entre en mer Thyrrénienne. Alors qu'on a navigué exclusivement au moteur jusqu'en Corse, faute de vent, on fera vraiment de la voile sur l'ensemble de la mer Thyrrénienne jusqu'à Lipari, une petite île au sud de l'Italie, juste avant le détroit de Messine.
Je vous propose d'ailleurs de regarder cette vidéo prise depuis la cabine. Nuages et mer se mèlent au grès du vent et des vagues. Sensible au mal de mer, s'abstenir :-)

 

L'arrivée sur Lipari fut à la fois superbe et épique!
Il faut passer trois gros rochers qui sortent de l'eau et s'élancent vers le ciel tel des menhirs marins. Mais derrière nous, ça gronde, ça tonne et on redoute un peu le coup de vent.DSCN0380 Pourvu qu'on arrive à passer de l'autre côté de l'île avant que le grain ne nous atteigne. Mais sur ce coup, la chance ne fut pas au rdv. On s'est pris une de ces douches... et des vents violents, à plus de 100km/h. Hors de questions de faire un faux pas, Fanny rentre car on est trop nombreux pour agir vite. Je n'ai pas vraiment eu le temps d'avoir peur mais je me suis senti tout riquiqui face aux éléments déchainés et j'ai été bien content quand on a passé l'angle et qu'on a retrouvé le calme, le silence d'après (ou avant la tempête. De l'autre côté de l'île, il ne s'est rien passé apparement..
On passe devant un volcan en "activité endormie" (le Stromboli), il fume mais ne crache pas.
Arrivé à Lipari, je fais une lessive avant d'aller visiter. Lipari est jolie sans plus, c'est bien plus imposant vu de mer. Reste que j'aime toujours autant me perdre dans les rues, me laisser guider par mes pas et découvrir une petite maison coquette au détour d'une ruelle.
J'ai envisagé de faire le tour de l'ile en autostop mais j'étais parti du bateau sans protection et la grèle s'est mise à tomber. Je n'ai donc pas attendu longtemps et m'en suis retourné au bateau.
On a passé la soirée, pour attendre que la météo soit plus clémente dans le détroit de Messine, au bar de Dora. Je le recommande. C'est le bar des marins et on s'y est bien amusé. Nous fûmes servi par Leila, une charmante Sicilienne. Toutes deux parlent très bien le français.

 Le lendemain, lundi 9, on se lève tard, on fait quelques courses et on part pour Messine qu'on traversera de nuit. On quitte enfin la mer Thyrrénienne pour la mer Ionienne où les vents n'ont pas été aussi sympas. Une fois passé le détroit, cap 100°, un peu au nord de la ligne des paquebots et autre gros bateaux.
Mardi, j'ai fait le quart du lever de soleil. C'est MAGNIFIQUE!!!! Les couleurs apparaissent, tout reprend vie.
Mercredi, rien à signaler, vent absent ou de face. On fait donc tout au moteur.

DSCN0449Jeudi, on change encore de mer, on quitte la mer Ionienne pour la mer Egée. Le soir, on apprend que la météo sera mauvaise dans les prochains jours. Et, à cours de gazole, on décide de s'arréter sur l'ile de Milos, dans le port de Adamas, en Grèce. On arrive vendredi 13 vers midi. Lessive, visite rapide et à nouveau soirée arrosée.
Ah oui, un truc marrant, une coincidence. Mon bateau ne partait pas seul, il y a 6 bateaux identiques qui sont partis le même jour pour faire le même convoyage. On est parti les derniers mais on est pour l'instant en tête. Le bateau qui était à notre droite au départ, le Barcelona nous a retrouvé à Lipari, sans concertation. Rien de bien étrange, c'est une escale connue. Mais ils nous ont aussi retrouvé ici à Adamas. On a donc passé la soirée les deux équipages ensemble.

C'est là que je suis actuellement. On part demain, lundi 16 alors qu'il était prévu d'arriver à Marmaris hier... je vais avoir pas mal de retard.
La suite et fin de la traversée dans Arrivée à Marmaris.

 

Trois photos de vie à bord. Un lavage de dents express entre deux virements de bord pour passer le cap le plus au sud de la Grèce. Et Ma chambre à laquelle j'accède en passant par la salle d'eau, en traversant la douche. Et enfin, Yoann préparant à manger, il est  bon cuisinier.

DSCN0401      DSCN0451    DSCN0335

Vous trouverez plus de photos dans la rubrique média.