Previously on Yogo's adventure : Yogo avait pris la décision de monter directement à Astana depuis Taldykorgan afin d'essayer d'obtenir un visa de tourisme russe. Après 36h de bus sur les routes kazakh, et avec son sac entre les jambes (car, pour le mettre en soute, il faut payer au Kazakhstan), il fut accueilli par un charmant couple, Assel et Azamat.

Les 4 premiers paragraphes intéresseront principalement d'autres voyageurs, je parle des visas!

DSCN2169Pour obtenir le visa de transit russe, il faut le visa du pays suivant et une preuve que le transport pour traverser la Russie est prévu. Mais moi ce que je veux, c'est le visa de tourisme qui dure 30j, que voulez vous que je fasse d'un visa de 5j pour visiter le lac Baïkal et me rendre à Oulan-Bator, la capitale de Mongolie.
Oui, sauf qu'il faut faire avec une certaine réalité, celle des Russes, un peu paranos sur les bords... Il est normalement impossible d'obtenir un visa de tourisme hors de son pays d'origine, sauf à détenir un permis de séjour dans le pays du consulat, la décision restant toutefois à l'appréciation du consul. D'après les voyageurs sur internet, l'unique consul à faire des exceptions en Asie Centrale est celui d'Astana.
Toutefois, ne pouvant prendre le risque de me trouver sans visa, et donc pour pouvoir faire éventuellement la demande du visa de transit, je décide de commencer par demander le visa mongol.

Read More

 

DSCN2126Ainsi, le lendemain de mon arrivée à Astana, Assel m'accompagne à l'ambassade mongole. Tout est écrit en mongol et personne ne parle l'anglais mais ils parlent russe. Assel se sent obligé de traduire (ce qui ne simplifie pas toujours les choses d'ailleurs) : "Yogo voudrait un visa mongol pour pouvoir visiter votre pays et faire la demande de visa de transit russe". "Il va d'abord en Russie, qu'il revienne nous voir avec un visa russe". Heureusement, j'ai compris l'entourloupe avant qu'Assel ne traduise et j'interviens, "non, je veux aller en Mongolie d'abord par avion, et ensuite en Russie". Elle traduit. Réponse, "Qu'il revienne avec un ticket d'avion", "Non, il me faut le visa pour réserver le billet...".
"OK, on vous fait le visa. Il sera prêt mardi matin, mais appelez lundi, dès fois que...".  Pour info, on était vendredi matin...
Assel n'en revenait pas de cette négociation. Quand elle appelle l'ambassade russe, elle arrive à obtenir un numéro à appeler lundi aprèm pour avoir les infos sur les visas.

DSCN2125Pendant le W.E, je cherche sur internet des trucs et astuces pour convaincre les Russes. Il semble qu'ils ne fassent plus d'exception... "m... !", je stress un peu en attendant de pouvoir appeler.
Dimanche soir, arrive un couple de cycliste néerlandais, Shakura et Cherwin. Eux vont essayer de voir du côté de l'ambassade chinoise. Lundi midi, ils reviennent avec une précieuse info. Il serait possible de faire une demande, ici à Astana, d'un visa chinois multi entrée, chose impossible nulle part ailleurs sauf peut être à Hong Kong. Rendez-vous mercredi.
En attendant, Assel ne pouvant plus nous héberger, nous migrons chez Galym. Je décide de tenter ce multi entrée, on verra les Russe après, s'il me reste du temps. Ah, oui, j'oubliais de vous parler du temps. Mercredi, ce sera le 11, et mon visa kazakh expire le 24 et un dépassement de visa coûte 100$ minimum.
Du coup, que faut il pour le visa chinois? Un billet d'avion aller-retour pour Beijing (ou Shangai, mais à l'est de la Chine en tout cas, ne pas parler d'Urumqi par exemple), une réservation d'hôtel, une preuve d'assurance et un contrat de travail.
Bon et on fait comment pour obtenir tout cela?
Et bien on fait des faux. Des faux, tout le monde le fait et les Chinois doivent bien s'en douter mais c'est comme ça. Ainsi, je vais me procurer un faux billet Astana-Beijing, une réservation d'hotel à Beijing, un aller-retour pour Oulan Bator, une deuxième réservation, l'assurance (seul document vrai), une copie de mon compte en banque, mon ex contrat de travail (faux).  Et comment falsifier tout cela? Et bien on va sur internet chercher un vrai vol et on crée un semblant de ticket avec un traitement de texte. Aussi simple que cela mais chuuuuut.

DSCN2127Mercredi, les Chinois étant un peu tatillon au sujet de la photo, j'ai failli rater mon tour. Cela aurait signifié de devoir revenir vendredi (impossible pour mon timing). Heureusement, une fois à l'intérieur, j'ai pu commencer à remplir les formulaires et ils me font revenir l'après-midi même. Il réouvre l'ambassade rien que pour moi.
Verdict, l'histoire à fonctionné et nous pourrons (les Néerlandais et moi) avoir un visa double entrée (pas multiples, mais c'est déjà beaucoup), pour 35$ (incroyable, quand je pense à ce qu'ont payé mes ex-compagnons de voyage pour un visa simple entrée). Finalement, ils ne prendront que les pièces suivantes : les billets, les résa et mon compte bancaire.... Par contre, si les Néerlandais peuvent récupérer leurs visas le 18, moi, Français, ce ne sera que le 20. Pourquoi??? Et bien sûr, ils gardent le passeport, donc je ne peux pas faire de demande auprès de la Russie. Le 20, il me restera 4j pour quitter le territoire kazakh!!! en stop car il est trop tard pour réserver des billets de train et le bus est vraiment cher. Normalement, en restant sur les grandes lignes, Astana-Almaty et puis frontière chinoise, je devrais trouver des camions.

DSCN2124Pendant ce temps, je visite la ville, et ce dès le premier soir. En effet, Assel et son conpagnon Azemat m'emmène découvrir Astana by night. Le lendemain soir, nous sortons avec des amis à eux pour une seconde visite mais d'une autre partie de la ville. En effet, c'est l'anniversaire de la ville en tant que capitale, et accessoirement l'anniversaire du  Président. Il y a beaucoup de monde et nous assistons à un feu d'artifice au dessus de la "maison blanche" (traduction littérale du nom du batiment ou vit Noursoultan Nazarbayev). Assel vit dans ce qu'ils appellent la vieille ville en opposition à la rive gauche qui est la ville moderne. C'est assez rigolo d'ailleurs d'appeler "vieille ville", une ville qui n'a même pas un demi siècle. Mais bon la rive gauche à tout juste 10 ans...
Merci Assel et Azamat pour le temps passé chez vous, c'était super!

DSCN2162Chez Galym, qui habite rive gauche, nous sortons très régulièrement le soir pour marcher et prendre l'air. Galym est traducteur, il parle donc parfaitement anglais et on peut avoir de grande conversation au sujet du kazakhstan et d'Astana. Il parle aussi un peu le français car il a travaillé pour un "patron de la vieille France" qui refusait de parler anglais ou alors avec dédain. Il a aussi travaillé pour le cinéma kazakh et à eu l'occasion d'aller au festival de Cannes.
Il aime beaucoup la cuisine. Tout les soirs ou presque, nous cuisinons et, avant qu'un vrai chef cuisinier français n'arrive, en tant que Français, je devais superviser et donner mon avis :-), heureusement que j'ai toujours aimé cuisiner et que j'ai quelques notions, sinon ça aurait été ridicule. C'est comme ça que j'ai été amené à cuisiner ma première soupe à l'oignon, notamment...

DSCN2176A Astana, j'ai aussi rencontré un Chinois de Hong Kong, Minghay Lee, qui est parti de Berlin à vélo afin de rentrer à la maison. Un super gars que j'espère revoir chez lui. Son site internet est http://ridebackhome.com/.
Et puis donc aussi un couple francophone, Arnaud chef français et sa compagne Emilie, Quebecoise. Avec eux, je suis allé à la plage. Mais pas comme Paris plage, car à Astana, on peut vraiment se baigner...

Pour dire deux mots sur la ville en elle même, c'est une ville résolument moderne, futuriste, presque irréelle. On se croirait presque dans un jeux video. Comme dit par le consul dans le film Ulzahn (que je conseil vivement), c'est une peu comme Gotam city, la ville de Batman. Elle manque de charme, j'imagine que cela viendra avec le temps. En attendant, j'aime les grands espaces pietonniers qui laissent de la place pour respirer. Les grands batiments ne sont du coup pas du tout oppressant.
En revanche, je trouve dommage d'avoir construit une ville neuve sur le modèle du tout bagnole...

A ceux qui parlent anglais, je vous conseil l'article "Astana: All The Hype You’ve Probably Never Heard, And More" du site http://ramblewhileyouramble.wordpress.com/. Il m'a été conseillé par Galym et je l'ai trouvé très juste. C'est la vision d' un jeune étastunien.

DSCN2238

Le vendredi 20 juillet, je suis à l'ambassade de très bonheur. Les Chinois me délivre mon visa. Ouf! Ils auraient pu changer d'avis, c'est leur droit... mais j'aurai été dans l'embarras.
A 11h, je suis en poste, aux portes de la ville. J'ai 2500km a faire en stop à travers les steppes pour rejoindre la frontière en 4j. Et encore 500 après pour rejoindre Urumqi, capitale du Xinjiang.