Lijiang, littéralement « beau fleuve », est une ville où l'on ne compte pas les petits cours d'eau. Peuplée majoritairement par la minorité Naxi, elle est devenue une attraction tourisitique après qu'elle a été inscrite en 1997 sur la liste du patrimoine mondial en tant que « ville ancienne exceptionnelle sise dans un paysage spectaculaire ».
Et c'est vrai que la vieille ville composée d'habitats traditionnels, en bois et pierre, parcourue de petits cours d'eau que quelques ponts de pierre enjambent ici et là, est exceptionnellle. Et les Gorges du saut du tigre que je prévois de visiter alentours sont parait-il spectaculaires.

DSCN6043Pour l'heure, quand j'entre dans la vieille ville, entrée pour laquelle je suis supposé payer (ben oui, on est en Chine), je recherche la fameuse Mama Naxi Guesthouse dont les mérites sont vantés par tous les guides. Un brave gars essaie de m'aider mais il nous perd dans le dédale de ruelle plus qu'autre chose. Avec son téléphone, il finit par joindre l'auberge.
Quelqu'un vient me chercher. Quand j'entre, Mama Naxi se lève et lance un joyeux "Welcome".
J'organise avec la réceptioniste mon séjour ici. Ce soir une ballade dans la vieille ville, demain après être allé voir le marché, j'emprunterai un vélo pour visiter les villages alentours et enfin, je prévois deux jours dans les gorges.

DSCN6061La vieille ville est étonnante avec son dédale de rues et de ruisseaux, et ses batisses d'époques en pierre et bois. La vieille ville est en effet touristique, très touristique. A 18h, il devient même difficile de circuler dans certaines zones réservées à la restauration.
Je ne rentre que quand la nuit est déjà bien installée. Si l'auberge est magnifique et son hôte très accueillante, les prix pour manger ne correspondent pas à mon budget. Et puis, ils n'offrent pas les spécialités que l'on m'a recommandé. Je mange donc dehors à chaque fois, les "Baba" (pain Naxi sucré ou salé), "la soupe de nouilles sur le pont" (soupe de nouilles où l'on rajoute soit même les ingrédients à la dernière minute) , le "Naxi Sandwich" (Baba avec salade, tomates, pommes de terre et fromage de chèvre) et soupe de nouille de riz cuit en pôt de terre. La seule chose que j'ai mangér à l'auberge fut le Qiguoji (prononcé chi guo dji), spécialité Naxi à base de poulet que l'on fait revenir en sauce dans un pôt en terre. En effet, lorsque je demandais à Mama Naxi où je pouvais manger ce plat, elle m'a répondu "Ici! Je vais en faire un spécialement pour moi". Lors de mon retour des Gorges, Mama l'avait cuisiné pour moi et j'ai pu la déguster.
Mama Naxi déborde d'énergie et sa générosité n'a dégale que son chaleureux accueil. Chaque fois que vous rentrez à l'auberge, elle vous offre un thé avec un kaki, une babane ou bien un quartier de poire... Il faut juste arriver à se faire à son mauvais anglais.
Le premier soir, je rencontre Ori, un Israelien qui sera mon compagnon de chambrée et d'excursion pendant les jours suivants. Ex militaire, il se prend 8 mois sabatiques pour visiter l'Asie avant de passer à autre chose.

DSCN6088Le marché est grand mais nous avons le même genre chez nous. Je ne lui trouve rien de spécial si ce n'est qu'ils vendent aussi de la viande sur les étalages. Ce qui est marrant, et c'est pareils partout en Chine c'est le fait qu'ils se regroupent par profession, une rangée pour les légumes, une pour les fruits, une pour la viande, une pour les ustensiles en plastique... Dans les villes, c'est pareils sauf qu'au lieu d'une rangée de marché, c'est une rue.
Ah si, un truc étonnant, pour l'achat de la viande, il est possible de choisir l'animal vivant.

DSCN6107Je loue un vélo à Papa Naxi à l'auberge. Je pars visiter trois villages typiques, en commençant par le plus éloigné, Yuhu, décrit par le Routard comme une copie des villages bretons. Il est surtout connu pour abriter la maison où le docteur Joseph Rock écrivit ses recherches sur le peuple Naxi. Si en effet, les maisons en pierres non taillées peuvent nous rappeler la Bretagne, je suis bien loin de la mer et, avec le paysage de montagne au pied de laquelle se trouve le village , je me moque un peu du Routard. DSCN6114Le village n'étant pas très bien indiqué, il m'a fallu tourne-virer en roulant à travers champs. Et quand j'arrive au village, une mémé, surprise de me voir venir de la montagne, m'invite à boire le thé et manger des noix. Si la Chine est encore un pays "non riche", alors pourquoi ces paysans ont une plus belle télé et un plus grand frigidaire que mes parents? Et il semblerait que le Yunan, avec le Xinjiang, seraient les régions les moins riches de la Chine...
Malheureusement, le cabinet du Dr Rock est fermé, pas de visite.
DSCN6142Je redescends ensuite vers Baisha, un village Naxi traditionnel composé d'une seule rue. Y habite le célebre Docteur Ho, élève du Dr Rock. A 90 ans, il pète la forme! Il aurait soit disant une telle connaissance des plantes médicinales qu'il pourrait soigner des cancers. Moi, je vais le consulter pour mon eczéma. Il m'entretient sur sa réputation et me montre toutes les coupures de journaux qu'il a. C'est impressionant, anglais, français, italien, allemand, il y en a pour toutes les langues. En ce qu'il me concerne, je suis en bonne santé et il est surpris que j'ai de l'eczéma. Il me propose un traitement : pendant un mois, 3 fois par jour, je dois boire une infusion. Il prépare le mélange de plantes devant moi.
Enfin, je termine ma journée en visitant le vieux village de Shuhe, qui n'est ni plus ni moins qu'une copie en plus petit de la vieille ville de Lijiang si ce n'est que les rues sont plus larges.

DSCN6180Le lendemain je pars, avec le service de minibus proposé par l'auberge, pour les Gorges du Saut du Tigre. Je ne pars pas seul, Ori et deux autres Israéliens ainsi qu'un couple de Belges sont de la partie. Nous marchons ensemble dans les impressionantes gorges jusqu'à midi. Les Belges et moi nous arrétons dans une auberge pour manger et attendre les Israéliens qui n'arriveront jamais. Nous les retrouvons le soir à l'auberge étape. Mais avant ça, nous devons gravir les 28 virages. Ormis ce passage un peu physique, cette randonnée est plutôt facile. Elle est magnifique. La gorge se ressemble, l'arrière plan du paysage est toujours le même, mais la vue est sans cesse renouvelée car le point de vue est différent.
Ce que les Flamands me racontent de la passion qui déchaine leurs compatriotes concernant le meneur du partie conservateur fait froid dans le dos. Et cela les attriste beaucoup. Nous avons un peu la même vision d'une Europe fédérale, et comme moi, ils trouvent ridicule l'idée d'une scission de la Belgique aujourd'hui.
DSCN6187A force de devoir payer à l'état un droit d'entrée pour tout, je n'ai plus de sous à dépenser pour les locaux... Drôle de vision du tourisme. Je me prive de certaines spécialités un peu chic, et ce soir, ayant l'occasion de pouvoir dormir à la belle, je ne payerai pas l'auberge. Ainsi, ce n'est qu'après avoir fait le tour du village pour trouver un endroit où dormir que je vais à l'auberge pour manger avec mes amis Israéliens, les Belges discutant à la table d'autres touristes. Nous avons alors une grande conversation sur Israel, sa création et ses frontières actuelles. Comme toujours, l'Homme est bon mais il se persuade du contraire quant à ses frères. Et quand la politique est mélée à la foi, le discours n'est pas seulement rationnel, et je suis alors hors jeux. Quand en revanche on discute économie et revenu de base, je reprends des couleurs. Etrangement, les Belges, qui étaient plutôt progressistes ce matin, bloquent à l'idée d'un système de distribution des richesses entre tous pour remplacer le boiteux système de redistribution. C'est Ori qui comprend le mieux le concept. Pour appréhender le concept, rien de mieux que ce podcast sur la vie de Thomas Paine, né en 1737 mort en 1809,  journaliste, politique, né Anglais devenu révolutionnaire Américain et Français. Comme quoi l'idée du revenu de base n'est pas neuve.
DSCN6230A minuit, quand on décide d'aller dormir, je découvre que je suis enfermé dans l'auberge. Je dois donc dormir dans la chambre d'Ori, mais, n'ayant pas payé, je ne prends pas de douche et je n'utilise par leur drap.
Au petit matin, je pars avec Ori. Nous avons décidé, une fois arivé au bout de la randonnée, de descendre en bas des gorges avant de rentrer en stop. Voir le tumulte du torrent de près est impressionant, terrifiant? Difficile de croire la légende qui veut qu'un tigre ait sauté entre les rochers que nous avons photographié.
Je suis crevé, impossible de garder les yeux ouvert pendant le trajet en voiture. Nous n'avons presque pas attendu la première voiture qui nous a sortie des gorges, les hommes d'affaires, en visite, parlaient anglais. En revanche, pour rentrer à Lijiang, on a du attendre une grosse heure avant d'être pris par un jeune qui lui, ne parlait pas du tout anglais. Et je vous le dit, après une telle randonnée, rien ne vaut une bonne spécialité comme le Qiguoji de Mama Naxi!

Je reste une journée de plus à Lijiang pour écrire mon carnet et trier les photos.

Mission : il me reste une semaine pour rejoindre Hong Kong et visiter Guilin que tout le monde m'a conseillé. Pour les Chinois, c'est le plus bel endroit au monde.

DSCN6245L'autostop fonctionne à merveille. Une première jeune Naxi qui accompagne sa vieille amie, d'une autre minorité, faire des courses dans un village voisin, m'avance d'une vingtaine de km. Juste après, un jeune homme qui vient d'acheter sa voiture m'emmène jusqu'à Dali, sa destination. Sauf qu'une fois là-bas, quand il comprend que je cherche à aller à Kunming, il décide de m'y emmener, la bagatelle d'un détour de 300 km (600 aller-retour). Je n'ai pas réussi à l'arréter ni à lui fausser compagnie en cours de route :-) En revanche, quand il m'abandonne, c'est au milieu d'une voie rapide, d'un périph de Kunming... DSCN6251Heureusement, un jeune cadre me sauve. Il me confie à des amis à lui. Ils m'invitent à diner avant de m'emmener à la première station service à 30km de la ville sur le bon autoroute. Ils négocient ma nuit, d'abord demandant une chambre (il n'y en a pas) avant de me trouver le local à carton. Ils sont un peu inquiets de me laisser là même si je ne cesse de les rassurer.
Le deuxième jour ne sera pas moins bon, d'abord ce sera deux avocats qui roulaient à toute allure dans leur superbe voiture puis deux travailleurs m'emmènent jusqu'à Guiyang. Ils me déposent à la bonne intersection qui va bien. Là, il y a trois étudiants qui vont à l'aéroport. Ils m'emmènent, sur leur chemin, jusqu'à l'entrée de la bonne autoroute. Je marche le long de l'échangeur et quand je suis bon, je tombe sur un camion qui accepte de me prendre.
DSCN6267"Soit ils peuvent me laisser à Qiannan et je continue la route prévue, ou alors, eux vont plus au sud, à Liuzhou. Ils y arriveront à 6h du mat. Il me restera alors une centaine de borne pour Guilin. C'est un détour mais ça me raproche et je reste en leur sympathique compagnie toute la nuit. OK."
Ils m'invitent pour le diner, et j'ai droit à la couchette du haut qu'ils débarassent des affaires, alors qu'ils se relaient toute la nuit entre conduire et dormir dans la couchette du bas. Trop gentils ces camioneurs, des coeurs en or!
A 7h, ils me réveillent, et ne me laissent partir que quand ils sont sûr que j'ai bien compris sur quel autoroute je dois aller. Sous le pont, je petit déjeune des biscuits et je trouve mon nouveau chapeau!
Je dois marcher un peu sur cette bretelle d'autoroute car il n'y a vraiment pas beaucoup de trafic. L'idée étant de rejoindre l'autoroute principale pour Guilin à Pied, 8km. Je n'en aurais pas l'occasion, trois amis s'arrètent pour me prendre. Ils accompagnent l'une d'entre eux qui doit attraper un avion à l'aéroport de Guilin.
J'arrive donc au péage d'entrée de Guilin à 11h30.

DSCN6285Première chose à faire quand on arrive dans une nouvelle ville en Chine, checher un hôtel pas cher. Ben oui, je sais par expérience que je ne serais pas hébergé.
Alors que j'atteignais presque mon hôtel, un Han m'interpelle au sujet de mon bâton et puis me pose des questions sur mon voyage. Quand je lui explique qu'ailleurs qu'en Chine, je n'ai presque pas de budget "hébergement" car les gens m'invitent et que je suis apte à dormir dans à peu près n'importe quelle condition, il me propose d'aller chez lui.
Et ben voila, l'invitation spontanée au coeur de la vraie Chine (oui parce que le Xinjiang ce n'est pas vraiment la Chine) aura eu lieu dans la dernière ville que je visite, et je la dois au professeur d'anglais Lan Kai Ji (ou Jackson en anglais). Il me ramène chez lui en scooter électrique, il me fait faire demi tour sur l'intégralité du chemin que je venais de parcourir à pied ces 40 dernières minutes :-)
Son appartement de ville, car il vit avec sa femme et son fils dans un autre appartement près de son lycée, est vide, sommaire : un lit, une table et rien. Pourtant, il y a plusieurs pièce et c'est relativement spatieux pour la Chine.
Jackson me dit qu'il n'y a rien à voir à Guilin sauf la Rivière Li que l'on descend pour aller à Yangshuo (200Y au mieux). Comme cela est trop cher pour moi, il me propose d'aller faire un tour sur la rivière autour de Guilin cet aprèm et demain de prendre un bus pour Yangshuo. OK, mais d'abord allons manger.
DSCN6290Son ami, qui, avec sa femme et son beau père, m'ont vu marcher ce matin, nous invite à manger un hot pot de fruits de mer et des escargots. Délicieux mais c'était un peu trop arrosé pour mon hôte. Il est complètement pompète et j'hésite un peu à monter sur son scooter même pour les 70m qui nous séparent de son appart... Du coup, il a besoin d'une sieste. Quand il se réveille, il est déjà 17h et il pleut! Pas de bateau aujourd'hui.
Il m'emmène acheter un ticket pour demain. Je ne sais comment mais je me suis laisser convaincre d'acheter un tour à 200Y comprenant la descente en bateau jusqu'à Yangshuo et trois visites là-bas.
Au diner, et au petit déjeuner le lendemain, je mange des nouilles de riz accompagnées de viande et petits condiments. Au diner, j'apprendrais que c'était de la viande de chien. Il parait que ça tient chaud quand l'hiver approche. Bof, le goût n'est pas franchement exceptionnel et pour ce qui est de la chaleur, j'ai pas vraiment senti quoique ce soit..

DSCN6319La descente en bateau bambou (qui ne sont plus en bambou bien sûr), sur la rivière Li est effectivement magique. Je retrouve cet étrange paysage que j'avais traversé les jours précédents en stop, ces blocs rocheux qui semblent être tombé ici et là. Ce ne sont pas des collines car ils ne sont pas terreux, pas des montagnes car bien trop petits, d'énormes formations rocheuse insolites, voila tout. Parmi eux serpentent la rivière Li. [Pour ceux qui veulent faire des recherches, je crois qu'on parle de relief karstique].
Cette singulière composition paysagère a toujours inspiré les artistes et aujourd'hui en Chine, tout le monde l'a dans sa poche. Elle est imprimée sur le billet de 20Y. J'ai d'ailleurs presque réussi à prendre en photo l'exact paysage du billet. Qui le trouvera?

DSCN6331Après ce magnifique moment, que nous avons eu la chance de vivre par beau temps, l'organisation du tour m'étouffe. D'abord une séance de pub d'une demi heure pour nous faire acheter du dentifrice ou un tout nouveau tissu (j'ai pas compris à quoi ça servait) puis, on nous chronomètre le temps pour manger avant d'apercevoir un trou dans la roche, appelé "Lune de Yangshuo",  de traverser un temple, et de saluer un vénérable arbre le long de la rivière. On passe plus de temps dans le bus que dans les attractions, pour lesquelles on a juste le temps de sortir et ranger l'appareil photo...
Heureusement, à midi, j'ai vécu une sympathique expérience. Alors que je me resignais à ne point manger car les prix de la zone touristique était inabordable, un des touristes du groupe m'invite à sa table.
On termine par une deuxième séance de pub pendant laquelle je suis sorti pour attendre dehors. Une fois passe encore mais pas deux. :-)
Je reste une journée de plus à Yangshuo avant de partir pour Hong Kong. Je ne peux pas arriver en avance là-bas, je n'ai personne pour m'herberger et, aller en auberge, ce n'est pas envisageable, les prix sont prohibitifs. Et puis en me basant sur mon expérience, je sais qu'en Chine, cela ne sert à rien de prendre des marges :-)

DSCN6365Je pars de bon matin, à 6h30, car je dois absolument arriver à Guangzhou ce soir pour avoir du wifi, j'ai une conférence skype au sujet de www.travelwithamission.org, Il pleut des cordes! Je ne peux pas me plaindre, en 7 mois de voyage, c'est mon premier jour de pluie, un jour de stop. Jusqu'à présent, je suis passé entre les gouttes.
Je sors du village en marchant, avec l'aide d'un tracteur pour 3 km, et quand j'arrive au pont de l'autoroute, je suis trempé jusqu'aux os. Une seule pensée : "pourvu que mon sac soit au sec dans son enveloppe de protection!".
J'attends une petite heure sous ce pont avant d'être pris. Bingo, si ils ne parlent pas anglais, nous nous sommes compris sur le fait que nous allons tous à Guangzhou!
Ils m'invitent pour le déjeuner et me laisse à 17h à un péage aux abords de la ville. DSCN6373Bon, c'était loin d'être le lieux idéal car c'était dans la mauvaise direction sur le mauvais autoroute mais c'est sans compter sur ma bonne étoile. 10 minutes plus tard et Fan s'arrète, le responsable d'une grosse entreprise d'impression, qui accepte de m'emmener à une auberge pas cher près de l'autoroute qui va vers Hong-Kong. En fait, mieux que ça, ils m'invitent au restaurant à manger avec sa femme et ensuite m'invite à dormir chez lui.
DSCN6378Là, je mesure les dégats qu'a causé la pluie. Tout est d'humide à trempé, à commencer par les dessins. Je passe donc ma soirée avec un sèche cheveux à la main!
Le lendemain, Fan me propose même de contacter son autre bureau à Shenzhen pour que j'y passe la nuit avant d'aller à HK.
Avec l'aide de deux voitures et d'un bus,  j'arrive là bas sans encombre. Je suis chaleureusement accueilli. On m'offre le déjeuner, m'emmène visiter le parc de bord de mer, m'invite à diner (ils cuisinent au bureau) et m'invite à dormir.

DSCN6393C'est ainsi que je quitte la Chine, un matin, en traversant un pont après avoir dit au revoir à mon troisième hôte spontané.
J'entre à Hong-Kong par une porte dérobée, loin de l'entrée principale et au milieu de la nature (je ne savais pas qu'il y en avait). C'est ainsi que je découvre que Hong Kong est plus qu'une ville, c'est aussi un territoire, avec des paysages naturels, de la verdure, des collines... Je ne sais pas combien de temps je vais rester ici.

Mes missions : rattraper mon retard dans mes articles sur mon site internet et trouver un bateau pour, au mieux Taiwan, sinon Thaïlande, Malaisie ou encore les Philipines.

Suivez les liens pour plus de photos de Lijiang et Guilin et Yangshuo.


Prochain lieu de correspondance, Kuala Lumpur. Si vous voulez recevoir une carte de cette ville, dites le moi avant le 31 janvier. Vous pouvez aussi me faire parvenir du courrier en poste restante en l'envoyant avant cette même date (31 janvier) à l'adresse suivante :

Nathanaël Leprette
Poste Restante
General Post Office
Pejabat Pos Besar Kuala Lumpur
Jalan Tan Cheng Lock,
50670 Kuala Lumpur
03 - 22756686