DSCN4717Après avoir récupéré mon sésame, je sors de la ville grâce au terminus d'une ligne de métro et une faille dans les barrières qui longent le bon autoroute.
Je commence ainsi ma grande traversée de la Chine un peu tard, à 14h. Tout de suite, je trouve un camion, arrété le long de la bande d'arrêt (en Chine, elle n'est pas que pour les urgences je peux l'assurer :-), qui m'emmène à Suzhou. C'est proche mais il faut un début à tout!

 

DSCN4719Et c'est un très bon début. J'enchaine avec une voiture dans laquelle deux couples se serrent pour me faire une petite place. Ils vont à Nanjing. Ils m'invitent au restaurant pour le diner et font un petit détour pour me déposer sur une aire de repos située sur le bon axe autoroutier avant d'entrer en ville.
Je ferais alors la connaissance des gardiens d'aire. Je ne sais pas exactement ce qu'est leur rôle (partie de la police?) mais ils doivent bien s'embéter. Celui-ci décide qu'il doit s'occuper de moi. Il m'emmène donc dans sa cabine pour me questionner. D'où tu viens? où vas tu?, t'as de l'argent?, non, comment voyages tu?... Et bien sûr, cela attire les curieux! Sa cabine, entièrement vitrée me fait l'effet d'un aquarium dans lequel je suis l'attraction. Quand j'arrive à lui fausser compagnie, je m'éloigne de l'aire de repos, à la recherche d'un lieu de repos ou m'allonger pour la nuit.

DSCN4727Premier jour des vacances nationales, premier jour de la deuxième plus grande migration humaine annuelle (la première ayant lieu pour le nouvel an chinois :-). J'ose croire que si c'était un handicap m'obligeant à faire un détour, et à rester une semaine à Shanghai, ce sera à mon avantage pour me rendre à Xiahe, ville du temple Labrang.
Je suis
rapidement pris à la sortie de l'aire de repos, par une famille qui m'offre la fin de mon petit déjeuner (un deuxième laitage et une pomme). Ils m'avancent jusqu'à l'intersection pour le bon autoroute. Pas le temps d'attendre que déjà trois frères m'emmènent à Hefei. Les deux grands sont vendeurs à Shanghai et Suzhou, le plus jeune est encore lycéen. Il parle un très bon anglais ce qui nous permet de plus facilement passer le temps pendant les trois énormes embouteillages de la journée. A 16h 30, quand ils me déposent à une station service, le bilan de la journée est médiocre, 200km, 9h. Suis-je de retour en Mongolie? :-)
Non, car la journée est très loin d'être terminée...
DSCN4730Une autre voiture m'emmène jusqu'à une autre station service, peu avant Xinyang. Le couple à l'avant, et la fille à l'arrière vont rejoindre les parents de cette dernière à Xinyang. Elle commence tout juste une thèse de chimie sur les polymorphes. Certes, son anglais est insuffisant pour passer les tests chinois qui lui permettrait de partir étudier à l'étranger, mais si elle arrive à m'expliquer cela, n'est-ce pas déjà super?
Dans la station service, je rencontre un couple qui va à Xi'an, malheureusement, leur voiture déborde déjà. Comme ils parlent anglais, ils m'aident à choisir mon bol de pâtes déshydratés et on engage la conversation.
DSCN4732Qu'ils sont curieux et indiscrets ces Chinois. Je sens qu'on m'observe, qu'on me regarde. Ce n'est pas qu'une sensation car ils le font avec ostentation. Alors quand ce couple commence à parler de mon projet aux agents de la station, c'est très rapidement l'attroupement. Ils ne peuvent rester plus longtemps, mais désormais, je suis sous bonne garde. Maman caissière s'assure que tout va bien pour moi : elle me montre où sont les toilettes, s'assure que je ne manque pas d'eau chaude (les Chinois boivent l'eau chaude), etc. Et surtout, dès qu'une voiture arrive, elle leur demande si ils ne vont pas à Xi'an.
Bingo!
Un premier monsieur va à Xi'an et est prêt à m'emmener. Au même moment, une famille va à Lanzhou, encore plus loin que Xiahe, je prends!
C'est ainsi que j'ai rencontré Jimmy, sa femme et son fils. C'est avec eux que j'établis Ie nouveau record de distance parcouru avec le même véhicule. En revanche, c'est insuffisant pour permettre à la Chine de détenir le record de vitesse de trajet. Jusqu'à présent, c'était Victor, le russe kazakh qui détenait le record de la distance. Tileubai, le kazakh conducteur de kamaz en Mongolie, détient toujours celui du temps (un peu plus de 2j). Quant au record de vitesse il revient toujours auxAazerbaidjanais avec qui j'ai traversé le pays en une journée (76km/h sur la journée). Désormais, le record de distance est 1200 km. En effet, pour la vitesse, cette fois ci, j'aurais mis 40h pour parcourir 2150 km(en comptant temps d'attente et pause repas, mais pas les nuits) ; sans les embouteillages d'avant Hefei, c'est sûr que les Chinois gagnaient.

CDSCN4736omme il est déjà 20h, ce soir nous allons à Nanyang pour dormir. 250km plus tard, il est 22h quand on commence à chercher un hôtel. Le leur est loin d'être accessible à mon budget. Du coup, la femme de Jimmy négocie pour moi une nuit dans un hôtel pour routier. Je ne suis pas sûr que ce soit légal mais pour 30 CNY, moi ça me va.
J'ai rendez-vous le lendemain à 7h40 pour aller prendre le petit déjeuner à l'hôtel. Il s'agit d'un buffet, la classe! Cependant, je ne me sens pas vraiment à ma place dans cet environnement luxueux.
DSCN4747On roule toute la journée, 1000km, avec une courte pose pour le déjeuner et le dîner. Le gamin est adorable, très sage malgré cette longue journée, cet ennuyeux trajet. C'est la femme de Jimmy qui conduit toute la journée. Elle ne souhaite pas de relève, elle aime ça!
Ils me déposent à une station essence à 180 km de Xiahe, non sans avoir fait un détour par une autoroute en construction (en très mauvais état), non sans être désolé de ne pouvoir faire plus :-)
Je ne suis pas franchement le bienvenu par le garçon de la station. Je cherche quelques cartons pour m'isoler du froid du béton avant de m'endormir sous les étoiles à 1h30 du mat.

DSCN4758Au petit matin, je me réveille sous les nuages, légèrement menaçants. Encore trois voitures pour arriver à Xiahe. La dernière ne me laisse que quand j'ai réussi à remettre la main sur les coordonnées de mon hôtel. Depuis la dernière portion de route, j'ai pu apercevoir un rassemblement de Tibétains. J'apprendrais par la suite que cette semaine est importante aussi pour les Tibétains. Ils organisent des rassemblements dans les lieux saints importants comme le monastère de Labrang.

A l'auberge "Tara Guest House", lorsque je rencontre Tsering, l'un des deux gérants, je lui explique tout de suite que je suis venu exprès ici pour rencontrer Gueden. C'est un ami de mes amis Anne et Benjamin (voir leur projet http://biketoschool.fr/ ), il est moine ici. Tsering le connait bien et se propose de l'appeler pour moi.
DSCN4781Deux Américaines, volontaires pour enseigner l'anglais, séjournent aussi dans cette auberge. Autour d'un bon thé tibétain, au beurre de yak et légèrement salé, qui nous réchauffe du frais de l'altitude, nous décidons d'aller voir un lac aux alentours. Elles ont bien envie d'essayer l'autostop avec moi. Bien sûr, avec deux jolies filles, le stop ne pouvait pas moins bien marcher, même si à 3, c'est normalement plus diffcile que seul. Notre conducteur ne connaît pas ce lac, et nous ratons un panneau l'indiquant, il nous faut donc faire demi tour. Une fois le chemin trouvé, il faut monter une petite colline pendant '1h30 avant de trouver un lac de montagne. Ildoit être magnifique par jour de grand beau. Mais aujourd'hui, il est plus prétexte à la ballade qu'autre chose :-) C'est intéressant de pouvoir discuter avec des étrangères, qui vivent en Chine depuis un an, et de partager avis et expériences sur ce pays.

DSCN4861De retour à l'auberge, elles apprennent que d'autres volontaires arrivent ce soir, des amies à elles, alors qu'elles partent le lendemain matin.
Moi j'apprends que Gueden part demain pour l'Inde pour un autre monastère. Il vient toutefois me rencontrer et dire au revoir à Tsering. Nous avons alors tous les trois une grande conversation sur le Tibet et le Boudhisme, enfin, surtout Tsering et moi. Gueden, toujours souriant et tranquile, n'est plus vraiment là, il est déjà parti, il est déjà en Inde. Il attend beaucoup de l'apprentissage qu'il aura là-bas. On se dit qu'on se reverra en Inde.
Un autre personnage intéressant ici est Zodpa Namgyla, l'autre gérant de l'auberge. Moine boudhiste, il s'est rendu du Tibet en Inde uniquement en se prosternant, il lui a fallu 3 ans.

DSCN4791Le lendemain, avec Nathalie et Ali, les américaines volontaires fraichement arrivées hier soir, après un petit dèj composé de pain tibétain, yaourt tibétain et thé, nous faisons le tour du monastère. Cela signifie marcher à la queu leu leu pour faire tourner les centaines de rouleaux à prière dans le sens horaire, marcher autour des stupas dans le sens horaire, bien sûr le tour du monastère se fait... dans le sens horaire. C'est comme dans Tintin au tibet : « Toi passer à gauche, sahib »!
DSCN4816L'après-midi, elles souhaitent aller se ballader alentours, elle réserve la visite du temple pour un autre jour. Comme on a décidé d'aller loin demain, moi, il ne me reste que cet après midi pour visiter l'intérieur du monastère. Avec Max, un tchèque, nous avons droit à un guide. Cependant, son terrible accent ne nous parmet pas de tout comprendre. Tant pis. Le monastère est immense, composé de plusieurs temples construits à différentes époques par différents Lama en l'honneur de différents Boudha (du présent, du futur, du passé, de la médecine, de la sagese...). Du moins, c'est ce que j'ai compris. Ce que je retiens de cette visite, c'est que je ne comprends pas grand chose aux statues, peintures et autres ornements. C'est très souvent effrayant et agressif.
Les filles et Max mangent ensemblent alors que je suis couché. J'ai été subitement pris d'un terrible mal de tête après avoir rattrapé mon retard dans mon carnet de voyage.

DSCN4858Pour mon dernier jour, nous partons tous les trois visiter les grassland, d'immenses prairies. Elles ne veulent pas s'embéter à essayer l'autostop, elles choisissent d'y aller en taxi. Programme, prairies, petit temple, village entouré de fortification en terre, et visite d'une immense grotte souterraine. Comme nous ne nous étions pas préparé à cela, nous n'avons pas de lampe torche et après quelques mètres à l'intérieur en suivant un groupe, il est évident qu'il nous faudra les suivre jusqu'à la sortie. DSCN4847Le noir se fait bientôt profond, total et le silence assourdissant.
Nous passerons une dernière soirée sympa ensemble avec un groupe de réalisation de film espagnol venu se reposer de la folie de Shanghai.

Pour plus de photos de Xiahe, suivez ce lien.